BANNIÈRES

 

 Retour Accueil


Bannière du Sacré-Cœur et Vierge 1914-1915.

Bannière de l’école Notre-Dame du Juch, Vierge et sainte Thérèse.

Bannière Jeanne d’Arc et sainte Katel, 1919.

Bannière des Jeunes, Vierge et saint Joseph.

Bannière sainte Anne et saint Joachim.

Bannière sainte Barbe et Vierge, 1919.

Bannière saint Maudet et saint Joseph.

Croix d’Or.

Croix d’Argent. 

    

Les bannières religieuses sont des étendards utilisés lors des processions, des pèlerinages et des pardons. On y représente usuellement la Vierge Marie, le Christ, des saints ou des inscriptions. Leurs formes sont multiples, mais bien souvent il s’agit d’une étoffe rectangulaire tendue sur une hampe en bois et une poutre horizontale, de manière à tenir au vent et d’être visible dans son ensemble, recto comme verso.

Les bannières religieuses du Juch datent essentiellement du début du XXe siècle : une série d’entre elles a été notamment réalisée en 1919 après la guerre. Elles continuent à être utilisées dans le cadre des pardons et sont sinon rangées dans une armoire à laquelle sa hauteur donne une forme caractéristique, conçue pour pouvoir ranger les bannières avec leurs manches.

La bannière religieuse est un emblème qui joue un rôle fédérateur. Elle renforce l’unité derrière la figure du saint local qui rend compte de l’identification et de l’attachement au pays et à la paroisse. Ceci explique entre autres le succès des pardons locaux qui continuent de l’utiliser.

Ces bannières religieuses existent depuis le haut Moyen  Age mais la plupart des bannières actuelles datent de l’époque contemporaine. Il ne reste aujourd’hui qu’une cinquantaine de bannières antérieures à la Révolution classées au titre des monuments historiques. Elles réapparaissent à la fin du XIXe siècle lors du regain d’influence de l’Église qui favorise leur commande.

La conception d’une bannière respecte un schéma bien précis. La pièce d’étoffe, de grande dimension, est traditionnellement réalisée avec du velours, de la soie, du jute ou du lin. La bannière est agrémentée de broderies successives en fils de soie d’or ou d’argent pour mieux souligner les couleurs. Des franges et des pompons sont cousus sur le pourtour. La bannière est ensuite fixée au manche qui la maintient droite et plate.